DRV--291009-groupeAUTEUR : Patrick de Viviès

DRV-291009-WWFDans le cadre de l’opération organisée par l’association Dumbéa Rivière Vivante et le WWF avec l’école John Higginson de Dumbéa, une seconde sortie de la classe de CE1 de maitresse Caroline s’est déroulée le 29 octobre.

DRV-291009-visiteLa première sortie du 29 septembre avait pour objectif de faire découvrir aux enfants sur place la richesse de l’écosystème de la rivière et l’interdépendance entre les différentes formes de vies animales et végétales.

DRV-291009-batteriesLa seconde sortie visait à sensibiliser les enfants sur les menaces qui pèsent sur ce fragile écosystème. Il n’y a hélas pas besoin de chercher beaucoup pour faire toucher du doigt la réalité de ces menaces.

DRV-291009-déchetsLes déchets abandonnés par des visiteurs indélicats sont abondants, malgré les poubelles mise en place par l’association Dumbéa Rivière Vivante en 2002 et collectées hebdomadairement dans le cadre d’un partenariat avec la ville de Dumbéa.

Les plus dangereux d’entre eux, pour les poisons qu’ils contiennent, les piles et les batteries, ont hélas pas été difficiles à trouver. Les enfants ont même trouvé un frigo abandonné dans les brousses !

DRV-feuxLes traces du feu sont également partout visibles.

DRV-menace-feuxMalgré l’interdiction totale de faire du feu, les emplacements de feux de pique-nique sont nombreux et la nature est marquée par les incendies qui ont brulent la montagne presque chaque année au niveau du stand de tir.

DRV-291009-feuDRV-menace-minesLes cicatrices laissées par la mine sont également visibles partout, et l’érosion intense envase le lit de la rivière d’importantes quantités de terre minière stérile.

Les espèces envahissantes constituent une menace plus difficile à percevoir. Pour sensibiliser les enfants, les bénévoles du WWF et de Dumbéa Rivière Vivante avaient apportés des tortues de Floride, une espèce introduite si attractive quand la tortue est petite.

DRV-291009-tortue-florideEncombrante quand elle devient grande, elle devient un redoutable envahisseur lorsqu’elle s’échappe dans le milieu naturel.

DRV-291009-kaorisDes plantes aquatiques envahissantes ont également été présentées, comme les jacinthes d’eau, les choux fleurs, les lentilles d’eau, utilisées pour décorer les bassins mais redoutablement envahissantes lorsqu’elles accèdent à la rivière.

Pour cloturer la sortie par l’apprentissage d’un geste écocitoyen, les enfants ont été invités à planter des Kaoris sur les berges de la rivière.

DRV-291009-carolineCes sorties ponctuent la réalisation en classe d’une maquette géante (2m sur 2.5 m) du bassin versant de la rivière Dumbéa avec le concours d’un artiste plasticien Terence Barnes, autour de laquelle s’articule la sensibilisation sur la vie de la rivière et les menaces qui pèsent sur elle.

Les parents et enfants des autres classes pourront admirer la maquette géante qui sera exposée à l’occasion de la fête de fin d’année de l’école John Higginson qui se déroulera le 28 novembre 2009.

Patrick de Viviès

A lire également « Les écoliers inquiets pour leur rivière », les Nouvelles Calédoniennes du 1er novembre 2009

Publicités

P1020923AUTEUR : Patrick DE VIVIES

La liste « Europe écologie » conduite par Daniel Cohn-Bendit, associée à José Bové a rassemblé 16.28 % des suffrages lors des dernières élections européennes, créant la surprise et marquant l’avènement d’une « nouvelle conscience écologique » au moment ou la diffusion du film Home a rencontré un succès planétaire.

José Bové ne manque aucune occasion pour apporter son soutien à ses amis politiques du parti-syndicat travailliste de Nouvelle-Calédonie. Le 7 août 2009 au matin, en regardant les tonnes de cannettes jonchant le sol après que l’USTKE ait fêté la signature d’un protocole d’accord avec Aircal, je me suis dit qu’une nouvelle conscience écologique était en train de naître en Nouvelle-Calédonie.

feu de pneuEt pour fêter cela, je me suis demandé si je ne devais pas brûler un tas de pneus ou une carcasse de voiture pour lutter contre le réchauffement climatique et la progression des émissions de gaz à effet de serre.

La menace d’une montée des eaux, pesant sur nous, pays insulaires doit être prise au sérieux. Et, si je comprends le message relayé par l’exemple par les amis locaux du duo Cohn-Bendit – Bové, en matière d’urgence écologique, brûler des pneus et répendre ses poubelles dans les rues est sans doute la meilleure chose à faire. C’est en tout cas préférable à la réunion des pays concernés dans un sommet visant à rechercher des solutions…

Patrick DE VIVIES