goutteAuteur : Lysis SONG

Si les citernes d’eau de pluie sont devenues obligatoires pour les constructions neuves en Belgique, la technique est encore confidentielle en France… il faut dire que cela représente un manque à gagner pour les agences de distribution de l’eau (qui sont des sociétés puissantes, devenues pour certaines des multinationales) ainsi que pour les sociétés de traitement de l’eau (qui sont souvent les mêmes).

L’eau de pluie peut servir à l’entretien de la voiture, au lavage des vélos, à l’arrosage du jardin, etc. Pour cela, une cuve placée en extérieur suffit.citerne-chasse-d-eau

 Mais, ces eaux pluviales peuvent aussi servir à alimenter, par exemple, les chasses d’eau.

 « Pour des raisons sanitaires, toute communication entre les canalisations alimentées par de l’eau ne provenant pas  de la distribution publique et celles assurant la distribution de l’eau en provenance du Service des Eaux est formellement interdite. »(1) 

citerne-eau-de-pluie Cette précaution prise, le distributeur vous opposera alors le problème du rejet des eaux usées. Cela peut, en effet, constituer un manque à gagner  pour la société de traitement de l’eau selon le terme de l’alternative suivante :

 Soit, vous disposez d’une installation autonome (avec bac à graisse, fosse toutes eaux, bac à sable et tranchées drainantes). C’est, souvent, le cas pour les Riverains de Koé. Pas de problème puisque vous   épurez, vous-mêmes, vos eaux usées.

 Soit, vous êtes raccordés ou raccordables au réseau d’assainissement collectif et vos eaux usées sont dirigées vers une station d’épuration (exemple Koutio). Dans ce cas là, vous êtes assujettis à la Redevance Assainissement dont le montant s’élève à 111,04 F/m3 (2 fois plus cher que sur la Commune de Nouméa où le « prix assainissement » n’est que de 53,76 F/m3)

recuperation-eau-pluieDans ce second cas (raccordement au réseau d’assainissement collectif), comment quantifier le volume des eaux pluviales utilisées pour les toilettes et rejetées ensuite, pour traitement, dans le réseau public? C’est bien la raison pour laquelle le distributeur exige que  « Tout abonné disposant à l’intérieur de sa propriété de canalisations alimentées par de l’eau ne provenant pas de la distribution publique doit en avertir le Service des Eaux. » (1)

 Par pallier ce manque à gagner, le nouveau règlement du Service de l’Assainissement collectif de la Commune de NOUMEA a prévu que si vous êtes alimenté à partir d’une source qui ne relève pas du service public, la redevance d’assainissement applicable à vos rejets est calculée :

  • Soit par mesure directe au moyen de dispositifs de comptage posés et entretenus par vos soins,
  • Soit sur la base de critères définis par la Collectivité et permettant d’évaluer les volumes prélevés.

citerne Malgré l’obligation d’avertissement du Service des Eaux faite aux Dumbéens, utilisez plutôt les eaux pluviales chaque fois que cela est possible (sachant qu’elle n’est pas potable sans traitement), c’est meilleur pour vos plantes et cela ne vous coûtera ni le prix d’achat du m3 d’eau, ni le prix du m3 d’eau assaini, encore moins le surprix communal et la participation au financement du Grand Tuyau, soit une économie d’au moins 213,31 F/m3.

 Et, en plus, vous ferez un geste écologique qui déplaira certainement au distributeur qui a qualifié « d’effet de mode » cette volonté de récupérer les eaux pluviales suite à une question posée par la 4ème adjointe au Maire, en charge de l’environnement. (2)

 

Lysis SONG

 (1) D’après le règlement du Service de Distribution d’eau de la Ville de Dumbéa article 15 – INSTALLATIONS INTERIEURES DE L’ABONNE : CAS PARTICULIERS  

(2) A  lire également l’article : « Jusqu’à 88 millions pour le golf incendié » et plus particulièrement le paragraphe : « Le Conseil se met à l’eau. », édition des Nouvelles Calédoniennes du 22 septembre 2009.

Auteur : Lysis SONG

la-CDE-au-cm-de-dumbeaA l’ordre du jour du Conseil Municipal de la Ville de Dumbéa de ce jeudi 17 septembre 2009 figurait, entre autres, la présentation   par 3  responsables de la Calédonienne des Eaux (le Directeur général, le Directeur technique et  le Directeur Administratif) du bilan de l’année écoulée.

A la question posée par une élue municipale à propos de la tarification, la réponse fut que, outre les frais d’entretien du branchement, les frais de location et d’entretien du compteur, le forfait de 40 m3, etc, qu’elle comprenait, le prix unitaire du m3 pour la participation au financement du Grand Tuyau n’était plus que de 35,34 F/m3.
 
Même si la réponse n’a pas été suffisamment explicite, ceux qui sont attentifs aux prix ont vite compris que l’avenant n° 3 au Traité de Concession entre la S.A.D.E.T et le S.I.V.U des Eaux du Grand Nouméa avait été signé. Effectivement, après de courtes investigations entreprises ce matin, il s’avère qu’il est applicable au 1er juillet 2009 (date de signature, le 29 juin 2009).

Dans les jours à venir, l’Association des Riverains de Koé adressera donc une demande au Syndicat concerné pour en obtenir un exemplaire.

le barrage sur la Dumbéa à constribué à 69% de l'alimentation en eau de la commune de Dumbéa

le barrage sur la Dumbéa à constribué à 69% de l'alimentation en eau de la commune de Dumbéa

Cependant que les Dumbéens ne se réjouissent pas trop car une autre information a été communiquée aux élus de notre commune. Notre consommation globale d’eau a diminué en 2008 par rapport à 2007. Compte tenu du mode de calcul de cette Redevance Abonnement due par les usagers (terme correctif à inclure et nombre de m3 consommés), si cette baisse de consommation devait se confirmer sur les 3 autres communes du Grand Nouméa, nous verrions à moyen terme, le montant du m3 (Participation au financement du Grand Tuyau) repartir à la hausse.
A moins que l’avenant n° 3 ne modifie également cela.

Autrement dit, moins les habitants du Grand Nouméa consomment d’eau, plus le prix unitaire du m3 (participation au financement du Grand Tuyau) augmente.

Après le forfait de 40 m3 imposé aux Dumbéens, on constate une fois de plus que rien, mais vraiment rien ne les incite à économiser l’eau potable.

Si la construction du Grand Tuyau est une bonne chose en soi, ce mode de financement par les consommateurs, qu’il soit raccordé ou non,  est très contestable, et d’ailleurs très contesté.

A bientôt, après lecture du nouvel avenant.

 Lysis SONG, Vice-président de l’association des riverains de Koé, en charge du dossier de l’eau.

PS : l’association des riverains de Koé a demandé à la commune copie du rapport d’exploitation de la Calédonienne des Eaux, nous aurons donc l’occasion de revenir sur ce sujet.

P1020838Auteur : Lysis SONG

Depuis le 1er janvier 2003, le montant de la redevance d’enlèvement des ordures  ménagères était fixé à quinze mille francs CFP, et payable au semestre (soit 1250 F par mois, pour trois collectes hebdomadaires).

Avec une régularité de métronome (Aucune  collecte supprimée en plusieurs années), les éboueurs de la municipalité de DUMBEA munis de leurs crochets, saisissaient, « en plein vol »  avec une dextérité incomparable  nos sacs en plastique pour les balancer dans la benne de leur camion qui, après avoir  ralenti, les avalait tout en poursuivant sa tournée.

Puis,  vint le temps des containeurs et …des grèves. C’était au troisième trimestre 2006 : 240 litres pour tout le monde ! « Qu’importe le volume de vos déchets  ménagers, pourvu qu’on ait le fric ! »

En effet, le tarif mensuel passait, dès lors, à 2000 F CFP pour seulement deux collectes hebdomadaires. Au moment où la mairie de DUMBEA  met  en place des Points d’Apport Volontaire pour le tri sélectif et que l’on invite les citoyens à produire moins d’ordures (Ecologie oblige.), on peut s’étonner que l’on ne soit pas en mesure de laisser le choix aux dumbéens du volume forfaitaire correspondant à leurs besoins.

Si c’est le système de collecte qui oblige à l’utilisation d’un format unique de container, n’est-t-il pas possible de limiter à 120 litres le volume d’un bac de 240 ? 

Ce mode de facturation au forfait (Paiement pour un traitement de 240 litres d’ordures ménagères, alors qu’un bac de 120 litres pourrait suffire à bien des foyers ) et celui de la Calédonienne des Eaux qui vous fait payer 40 m3 d’eau même si vous n’en consommez qu’un seul se ressemblent comme …. deux gouttes d’eau.        

A votre avis, à qui cela profite-t-il ?

 Lysis SONG

eauchereAUTEUR : Lysis SONG

La réception récente de votre facture trimestrielle d’eau émise par la Calédonienne des Eaux prouve que si votre participation au financement du Grand Tuyau n’a pas augmenté par rapport au trimestre précédent (38,23 F/m3), elle n’a pas non plus baissé comme promis suite à la parution du Rapport d’Observations Définitives de la Chambre Territoriale des Comptes du 13 mars 2008 (baisse de 10 à 15 % annoncée dans l’édition du 3 juin 2008  des Nouvelles Calédoniennes).

Pourtant, concernant la nécessaire renégociation du contrat, le S.I.V.U des Eaux du Grand Nouméa, dans sa réponse à la lettre d’Observations Définitives de la C.T.C de N-C,  déclarait : « C’est pourquoi sans attendre la période de révision prévue à l’article 25-4 précité, le S.I.V.U entend l’anticiper. Par lettre du 25 février 2008 dont copie a été transmise à la Chambre, il a engagé auprès de la S.A.D.E.T une démarche afin d’aboutir dans les prochaines semaines, en tout cas dès après l’installation des délégués syndicaux désignés à l’issue du renouvellement des conseils municipaux, à la signature d’un avenant n° 3 formalisant le retour dès 2008 à l’équilibre initial du contrat de Concession. » 

grand tuyauPour mémoire, je rappelle qu’avant la mise en vigueur de l’avenant n° 2, votre participation au financement au Grand Tuyau n’était que de 23,85 F/m3. De plus, par lettre du 11 mars 2008, la S.A.D.E.T a répondu favorablement, exprimant son «accord pour une rencontre contractuelle anticipée » en indiquant «qu’elle restait à la disposition (du S.I.V.U) pour préparer ensemble les éléments nécessaires à l’atteinte d’accord parties des conditions d’un avenant n° 3 ».
Les élections municipales se sont déroulées comme prévu en mars 2008, nous avons fêté la Saint-Sylvestre 2008 et nous sommes entrés allégrement dans la nouvelle année 2009 sans voir poindre une quelconque baisse de la Redevance A.E.P.

Abonnés du grand Nouméa, soyez patients ! Mais surtout n’oubliez pas de payer cette redevance au prix fort ! Un seul jour de retard ne sera pas toléré, sinon, on vous coupe l’eau …
      
Lysis SONG, Téléphone : 92 09 48

Vice-président en charge du dossier « S.eau.S, Bassin de KOE » de l’association des Riverains de Koé,