maison-RollandAUTEUR : Patrick DE VIVIES

Parmi les demeures historiques  que l’on peut découvrir le long de la Ouanaoué, la maison Rolland, construite en 1883 et aujourd’hui connue sous le nom de maison Lacroix, est avec le relais de la poste une des anciennes du vallon. P1020752On trouve un descriptif de la maison et du quartier dans un article d’Henri Daly, qui témoigne de « La Dumbéa des années 30 » dont de larges extraits ont été repris dans le bulletin n°64 de la société des études historiques :

P1020755« Aucune âme qui vive dans la descente de Tonghoué avec, à droite, taillé sur le flanc des collines, la voie ferrée. C’était là, à cent mètres de la sortie du tunnel, que le train avait déraillé en 1927.P1020761

 

 

 

P1020765

 

 

 

Sitôt les derniers lacets franchis, nous découvrions sur ce même côté, un peu en hauteur, à 150 mètres de la route, l’imposante demeure des Rolland-Duseigneur typiquement coloniale avec un grand escalier double extérieur menant au perron et à une large véranda, qui semblait qui semblait vouloir contrôler l’accès du charmant vallon boisé de l’Ermitage.

P1020759L’auberge des Koghi n’existait pas  mais il y avait un chemin juste carrossable qui prenait naissance à la route  par une passerelle en bois , et qui permettait d’atteindre l’arrêt de chemin de fer dans les goyaviers. »

P1020768Acquise par la commune en 2006, la maison est désormais connue sous le nom de son dernier propriétaire Raymond Lacroix, décrit comme un « homme charismatique a fortement impressionné notre mémoire tant avec les émissions radiophoniques qu’il animait dès les débuts de La voix de la France dans le Pacifique, que par les nombreux et illustres poèmes qu’il a laissé dans son sillage. Raymond Lacroix a été un pionnier de la radio calédonienne qui a œuvré en tant que chroniqueur, speaker et animateur de1942 à 1975».

P1020775

La magnifique bâtisse en bon état de conservation est entourée d’un ancien jardin d’acclimatation ou de nombreuses variétés de fruitiers ont été plantées. Elle offre une vue imprenable sur le vallon de l’Ermitage qu’elle domine. Un must à visiter.

Patrick DE VIVIES

(1) Un livret botanique a été édité avec une quarantaine de planches explicatives commentées par Bernard Suprin sur les plantes à découvrir dans le parc.

Publicités