mairieLe rapport de la Chambre territoriale des comptes sur la communes de Dumbéa  sera prochainement sur internet. Dans cet attente, la conclusion de ce rapport est intégralement reprise ici.

« La situation de Dumbéa constitue un exemple particulièrement significatif des problèmes engendrés par l’insuffisance des recettes communales pour les communes du Grand Nouméa. Elle restreint très sensiblement les capacités d’organisation – recrutement de cadres, équipement des services – et surtout d’action de la commune en contraignant notamment sa politique d’investissement et sa politique d’aménagement, et ce, alors que, du fait de sa localisation, le développement harmonieux de la commune est un des aspects les plus sensibles du développement de l’agglomération.
            
conseilEn dépit des efforts possibles sur certains postes de dépenses, l’excédent de fonctionnement de la commune ne va pas augmenter. Il risque au contraire de diminuer en raison de la pression à la hausse des dépenses de personnels et de la forte baisse des versements du FIP en 2009.
            
La commune devrait donc subir une diminution de sa CAF nette alors que son programme d’investissement n’a jamais été aussi important. Le recours à l’endettement pour répondre à ce problème conduirait la commune dans une situation de surendettement.
            
 Par ailleurs, les solutions d’économie internes ne pourront porter leur fruit avant quelques années, la priorité étant la réorganisation des services communaux dans le sens de l’efficience ce qui se traduit par des coûts initiaux.
            
En définitive, la chambre considère que la situation de la commune est insurmontable. Elle estime le besoin de financement manquant de la commune à 500 MF CFP/an au minimum sur la durée du contrat d’agglomération. Elle recommande à la commune de se rapprocher de ses partenaires afin de définir une réponse adaptée à sa situation financière.
            
Sur ce dernier point, l’ordonnateur précédent a indiqué en réponse que le besoin de financement n’était pas une question nouvelle pour la commune qui doit y faire face depuis plus de vingt ans ».

           
Sans commentaire !

A lire également sur ce sujet Les Nouvelles-Calédoniennes du 21 et 22 août 2009

Publicités