P1030094

Cette épave calcinée témoigne de la violence des affrontements du 6 août à Montravel

AUTEUR : Lysis SONG

Préambule : Personne ne m’en voudra, compte tenu des spécificités de notre Caillou, si j’utilise volontairement, dans le titre, deux néologismes. Vous comprendrez…. 

Il est 16 heures 15 minutes. Comme de nombreux Dumbéens, j’emprunte pour retrouver la tranquillité de ma vallée, la voie expresse passant à proximité du rond-point de MONTRAVEL. Le flot des voitures avance à vitesse réduite, mais quoi de surprenant à cette heure-là. Puis, tout à coup, les véhicules s’immobilisent. Au milieu de la chaussée, deux à trois individus s’agitent.

Soudain, alors que je ne l’avais pas commandée, arrive une topette de bière de 33 cl déjà vide. Le pare-brise, bien que fêlé,  a subsisté, là où la topette a trépassé. La pauvre n’aura même pas droit à un enterrement digne de ce nom,  à savoir finir le reste de ses jours dans un bac destiné au tri sélectif.

Après le « bouteillage », place au « cailloutage »… Un seul petit ricochet sur le capot de ma voiture et puis s’en va.

Vous vous imaginez bien que j’ai déposé une plainte au Commissariat de Police où de nombreuses personnes venaient en faire de même. Mon assureur me réclamera néanmoins le montant de la franchise puisque les auteurs du « bouteillage » et du « cailloutage » n’ont pas pu être identifiés.

Je vous quitte en attirant votre attention sur cette phrase : « L’Etat n’a pas le droit d’inciter les gens à se diviser ni de monter les patrons et les habitants contre nous. » (1)

Ces comportements sont révoltants et n’honorent pas leurs auteurs. Ils suffisent  à chacune des victimes (et également aux autres personnes) à se faire leur propre opinion sans être téléguidée  par qui que ce soit. Heureusement encore que nous conservons notre libre arbitre !

 (1) in Les Nouvelles Calédoniennes du 5 août 2009, dans l’article « L’U.S.T.K.E veut continuer. »

Lysis SONG

           

     

Publicités